Dossier Relève : le constat

Par Errold Mayrand, directeur général au CAE Drummond

Au cours de la prochaine décennie, nous connaitrons au Québec, tout comme dans les principaux pays industrialisés, une importante transformation du paysage économique, liée au choc démographique.  Ainsi, nous verrons qu’un nombre grandissant de travailleurs prendront leur retraite, alors qu’un moins grand nombre de personnes seront disponibles pour les remplacer.  Ce débalancement conjoncturel affectera également les propriétaires d’entreprises, qui seront de plus en plus nombreux à vouloir vendre leur société (on les surnomme aujourd’hui les « cédants »), mais qui trouveront de moins en moins d’acheteurs (« les repreneurs »).

Pourquoi cède-t-on son entreprise?


Que vous le vouliez ou non, un jour, vous devrez laisser votre entreprise, que ce soit pour des raisons de santé ou tout simplement de vieillesse.  Quatre choix s’offriront alors à vous :

  • Transfert au sein de la famille
  • Rachat de l’entreprise par les cadres
  • Vente de l’entreprise à des tiers (externe)
  • Liquidation

Évidemment, des quatre scénarios proposés, les trois premiers sont les plus souhaitables. 

Un manque de préparation chez les entrepreneurs


Malgré de nombreuses recherches universitaires, des rapports de ministères économiques et des campagnes de sensibilisation, force est de constater qu’une grande majorité des entreprises est peu ou pas préparée.  En fait, les propriétaires ont consacré, au cours des dernières décennies, beaucoup plus de temps à démarrer et développer leur entreprise qu’à en assurer sa pérennité. Cependant, pour plusieurs propriétaires, leur entreprise ne constitue pas seulement leur gagne-pain actuel, mais également leur fonds de pension.  

Ce manque de préparation aura non seulement un impact financier négatif sur les propriétaires et les personnes qui travaillent au sein de la société, mais également un impact non négligeable sur les économies de la province et du pays.  Les enjeux économiques sont réels; les intervenants du milieu devront redoubler d’effort afin que cette période de «transition» se fasse sans heurt. 

Dans les prochaines chroniques, nous aborderons les questions suivantes :

  • La préparation de la relève
  • La valeur d’une entreprise
  • Le financement d’une transaction de transfert